PRO B | Rien ne sert de courir

mercredi 16 janvier 2019

Revue de presse

Pro B - 14e journée : BC Gries-Oberhoffen – Nancy (81-84)

 

Malgré un retour improbable en fin de match, Gries-Oberhoffen a été battu par une équipe de Nancy appliquée et globalement au-dessus sur l’ensemble du match. Le BCGO encaisse sa 2e  défaite de rang et voudra se racheter, dès vendredi, à Caen.

Le sel du sport de haut niveau consiste aussi parfois à voir coexister deux mondes différents. Hier soir sur le parquet de la Forest Arena, il ne fallait pas être spécialiste de basket pour s’en rendre compte. À Nancy, le budget, qui permet de s’offrir coach et joueurs de top niveau. À Nancy aussi le palmarès, long comme le bras d’Olivier Cortale.

Au BCGO restent les joueurs de devoir, tous vaillants, et des vraies valeurs de club. Autant de qualités dont on a vite compris, hier soir, qu’elles auraient eu du mal à avoir raison d’un géant du basket français.

Les Cougars ont voulu d’ailleurs saper d’entrée le moral des Griesois, leur imposant une défense très haute et très dure sur l’homme (0-6, 3e , puis 3-10, 4e ). Yates se fait dans la foulée mal à la cheville gauche, ce qui n’arrange rien.

Forcada et Cortale offrent alors un répit de courte durée au public (8-10, 5e ). Une bouffée d’air bien éphémère et à laquelle mettent fin Vautié et ses longs segments, puis Diabaté (10-20, 8e , puis 15-28, 10e ).

Nancy déroule, et les rotations s’opèrent sans que la machine ne perde de sa superbe. Certains tirs sont de bons choix, d’autres résultent d’exploits à la hauteur du talent des troupes du SLUC (24-34, 13e , puis 29-44, 17e ). Gries veut s’accrocher, mais plus habitués au Blietzkrieg, les Verts peinent comme jamais ne serait-ce que pour échapper aux 24 secondes.

Une remontada incroyable

Le BCGO se retrouve, à la mi-temps, sur une corde de plus en plus raide (32-48, 20e ).

La reprise n’a pourtant en rien l’air du miracle attendu. Les Cougars prennent en effet le large après deux tris primés de Barrueta, quasi dans un fauteuil (38-59, 25e ). Sans capituler, qui plus est à domicile, le BCGO de Ludovic Pouillart continue de jouer avec le cœur, mais chaque panier, chaque rebond est une souffrance (41-62, 26e , puis 51-71, 30e ).

Et pourtant, l’étincelle Forcada rallume les espoirs les plus fous côté griesois. Auteur de onze points de rang, le Catalan orchestre une improbable remontada (58-71, 32e , puis 61-75, 33e ). Smock score même à trois points (66-79, 35e ) et plante enfin un grain de folie dans ce match jusque-là muselé par le SLUC. La dynamique est verte quand Nancy ne rentre plus rien (74-79, 38e , puis 76-81, 38e ).

Une interception permet aux Verts de souffler dans la nuque des Nancéiens (81-84, 40e ). Les Griesois s’octroient même une balle pour égaliser, manquée au buzzer par Tarvydas, au terme d’un spectacle presque totalement renversant.

Avant le match, il y avait une place d’écart au classement entre les deux équipes. Après, il y avait trois points. Si peu, mais tellement à la fois.

 

Nos partenaires majeurs