PRO B | Les temps ont changé

vendredi 14 décembre 2018

Pro B

Basket-ball - Pro B (9e journée) : Aix-Maurienne – BC Gries-Oberhoffen (20h)

 

Gries-Oberhoffen se verrait bien poursuivre sa série de deux victoires de rang, ce soir, à Aix-les-Bains. Les Verts avaient battu, pour ne pas dire martyrisé les Savoyards en Leaders Cup, mais ces derniers ont bien redressé la barre depuis.

Dans un passé pas si lointain, Strasbourg et son marché de Noël étaient synonymes d’insouciance et de féerie.

Dans un passé tout proche même, nous Alsaciens, pouvions rire (gentiment) de tous ces clichés parfumés ou colorés relatifs aux fêtes de fin d’année qui inondent chaque année pendant un mois les rues de la capitale de Noël. Mais les temps changent vite, et pas toujours en bien.

Du côté du club d’Aix-Maurienne en revanche, c’est moins une descente aux enfers qu’une véritable embellie que joueurs et supporters ont connu depuis le début de championnat. À l’heure d’affronter le BCGO, tout à l’heure, sur son parquet, l’entraîneur Fabien Romeyer remet pourtant les choses au point.

« C’est vrai que l’état d’esprit est là et qu’on est en avance sur notre objectif, le maintien. Cela dit, Gries nous a beaucoup gênés au match aller, et cette équipe embête tout le monde. Pour moi, ils seront en play-offs. »

Néanmoins, Aix n’est plus tout à fait la même équipe que Gide Noël et ses partenaires avaient pulvérisé (114-82) le 28 septembre dernier en Leaders Cup, puis battu lors du match retour à Aix (86-87).

Depuis l’ouverture du championnat, les Savoyards ne font rien parfaitement mais tout un peu mieux qu’avant, lors de la Leaders Cup : deux unités de plus par match en moyenne (74 contre 72), deux balles perdues de moins (18 contre 20), et 44 % de réussite aux tirs contre 40 %.

Conséquence, ils pointent à la neuvième place du classement, la dernière qualificative pour les play-offs, avec un bilan positif (5V-3D).

 

« Si on est leur bête noire, ça me va »

« C’est un match entre deux équipes en forme, raisonne Ludovic Pouillart, l’entraîneur de Gries. Eux sont en pleine confiance. Après leur défaite chez nous en Leaders Cup, leur coach était atterré, aujourd’hui l’équipe va mieux. Mais peut-être, c’est vrai, que notre style de jeu ne leur convient pas. Si on est leur bête noire, ça me va bien. »

Aux Griesois donc de prouver à leur manière, qu’ici comme ailleurs, l’essentiel est toujours là.

 

Nos partenaires majeurs