PRO B | Un bon coup à jouer

dimanche 12 mai 2019

Revue de presse

Pro B - 32e journée : Nancy – BC Gries-Oberhoffen (15h)

À trois matches du terme de la saison régulière, Gries-Oberhoffen pointe toujours à la 6e  place. Les Verts s’en vont donc défier Nancy, tout à l’heure, avec faim, mais délestés de toute pression.

C’est un sentiment de longue date qui a désormais pris corps dans les statistiques. Avec trois rencontres encore à disputer et fort de sa victoire à domicile contre le leader roannais ce mardi, le BCGO (18 v, 13 d), est assuré de terminer la saison régulière avec davantage de victoires que de défaites dans l’escarcelle.

Pour un promu, la performance est tout sauf anodine. « C’est un bon indicateur, en effet, même si les calculs, ce n’est pas trop ma tasse de thé, plaisante Ludovic Pouillart l’entraîneur de Gries-Oberhoffen. Ce qui est positif, c’est qu’on est quasiment sur les mêmes bases que notre première phase, alors qu’on sait que la deuxième partie de championnat est très dense et exigeante. »

Gries est « en chasse »

Les Villageois sont partis ce matin même pour Nancy – leur entraîneur préférant « qu’ils dorment chez eux » – pour ce derby de l’Est entre le 5e  et le 6e.

Gries ne refera sans doute plus son retard sur Nancy, puisque les Couguars comptent trois succès d’avance. Il s’agira surtout, en Meurthe-et-Moselle, d’abattre, pourquoi pas, une carte décisive dans la course aux play-offs.

« On a une victoire d’avance sur Blois, et deux sur Poitiers et Nantes, qui jouent aussi des matches difficiles, donc ça peut être une bonne opération si on gagne à Nancy. Malgré tout, je persiste à dire qu’on doit d’abord jouer notre basket, et qu’on verra après », insiste le coach alsacien.

Si le BCGO est « en chasse » et ne se privera pas d’aller jouer les trouble-fête au Palais des Sports Jean Weille cet après-midi, il devra se montrer « au moins aussi appliqué que contre Roanne (victoire 87-71 mardi)  », d’après Ludovic Pouillart. « Et peut-être même plus, parce que c’est à l’extérieur », ajoute-t-il. Nancy, un peu en retrait par rapport aux autres gloutons de la division, n’en possède pas moins l’un des effectifs les plus impressionnants de Pro B.

Sommerville, Cox, Braud, soit des noms qui ont déjà foulé les parquets de l’élite, mais qui avaient failli se faire reprendre en fin de match à la Forest Arena lors de la phase aller (défaite du BCGO 81-84).

Chez son voisin, Gries n’aura ainsi pas plus de pression que celle de l’équipe qui a tout pour faire un (bon) coup

 

Nos partenaires majeurs