PRO B | Qualifié en playoffs, et maintenant ?

mardi 14 mai 2019

Revue de presse

Pro B - Après la qualification du BC Gries-Oberhoffen en play-offs

La victoire du BCGO à Nancy, conjuguée aux défaites de Poitiers et Nantes, envoie mathématiquement les Verts en play-offs, à deux journées de la fin du championnat. Une performance XXL pour le promu qui voit déjà plus loin.

Il est souvent inapproprié de comparer les saisons et les époques, le contexte et les dynamiques n’étant jamais les mêmes. La qualification du BCGO en play-offs de Pro B pour sa première saison à ce niveau vaut-elle la saison royale de l’an passé, ponctuée par le titre de champion de France et un record de victoires en N1 ?

Difficile d’opposer les deux prestations sur le plan sportif. Ce qui est certain, en revanche, c’est que depuis deux ans, le BC Gries-Oberhoffen ne cesse de cartonner et de repousser des limites que le club lui-même n’aurait osé se fixer.

« Le 13 août, on aurait dit de ne pas s’emballer »

Le plus remarquable, de surcroît, c’est que Yann Siegwarth et ses coéquipiers demeurent lucides et ne sombrent pas dans la fanfaronnade de comptoir. Le succès glané contre Nancy (84-88), ce dimanche, après une deuxième mi-temps magistrale, en est le dernier exemple en date.

« Je ne dirais pas qu’on a été énormes sur ce match. En première mi-temps, on a raté pas mal de tirs ouverts, note l’arrière, qui a signé un retour gagnant ce week-end (12 points en 24 minutes de jeu). On a ensuite été plus agressifs et Nancy est sans doute revenu un peu “facile”, ce qui nous a permis de reprendre l’ascendant. »

En somme, les Verts ne surjouent pas, même contre les grosses armadas du championnat, loin de leurs bases. Ils récitent et réussissent à imposer aux autres leur basket si atypique et porté vers l’avant. « C’est sûr que le 13 août dernier, à la reprise, si on nous avait dit qu’on serait qualifié pour les play-offs à deux journées de la fin, on aurait répondu qu’il ne fallait pas s’emballer, admet Yann Siegwarth. Maintenant, vu notre saison, je pense que c’est mérité. On a été solide. »

Et c’est peu de le dire, tant le BCGO, en théorie, souffrait au coup d’envoi du championnat d’un manque d’expérience à ce niveau qui aurait pu s’avérer fatal. Les Griesois en ont fait une force, jouant crânement leur chance, sans porter le fardeau de la pression.

« On a déjà vu des huitièmes ou neuvièmes en finale »

Les deux récitals consécutifs contre Roanne et Nancy invitent même à croire que les Villageois ont franchi un palier supplémentaire : « On a progressé tout au long de l’année. On partait peut-être de plus loin, et on a connu des trous d’air, comme beaucoup. Mais collectivement et individuellement, on a tous fait un gros pas en avant », confirme le numéro 13 des Green boys.

Le BCGO verra donc la phase finale, et terminera, au pire, à la septième place de la saison régulière. S’il est utopique d’envisager une accession en Élite (encore que…), quelle odyssée peuvent encore espérer écrire les Verts ?

« Clairement, on n’a aucune pression, dans le sens où le but premier était de se maintenir. Les play-offs, c’est du bonus, même si on ne va pas se priver de passer un tour ou deux. Par le passé, on a déjà vu des huitièmes ou neuvièmes se qualifier en finale. Pourquoi pas nous ? »

Au vu du potentiel souvent mésestimé du BCGO ces deux dernières saisons, bien malin est celui qui pourra répondre à cette question.

 

Nos partenaires majeurs