PRO B | Précoce mais prudent

lundi 28 janvier 2019

Revue de presse

Pro B - Après la victoire du BC Gries-Oberhoffen contre Saint-Chamond (82-81)

Gries-Oberhoffen a remporté ce vendredi son dixième match en championnat. Alors que la phase aller s’achève la semaine prochaine, les Verts se sont imposés comme des valeurs sûres. Au point de revoir leur objectif ?

Les mathématiques et les chiffres n’ont jamais fait gagner de match, mais il n’en est pas moins possible de dégager certaines vérités grâce à leur implacable objectivité.

Si l’on s’en tient aux quatre dernières saisons de Pro B, la dernière équipe à avoir sauvé sa peau dans l’antichambre de l’Élite affichait au compteur 10 victoires en 2017-2018, 13 en 2016-2017 et 2016/2015 et 12 en 2015/2014.


« En février-mars, les grosses écuries accélèrent »

Grâce au rocambolesque épilogue contre Saint-Chamond, le BCGO - promu précoce- a déjà atteint la barre des dix succès, et ce alors même que l’on a pas encore tiré le rideau sur la phase aller (il reste une rencontre pour les verts, contre Poitiers).

« Je le répète, le but premier est le maintien, martèle Ludovic Pouillart. Bien sûr qu’on est en avance, mais on redéfinira nos objectifs lorsqu’on aura atteint ces 12-13 victoires. »

Immunisé contre la langue de bois, le technicien griesois a peut-être en tête l’exemple récent du voisin souffelois. Septièmes après 16 journées lors de l’exercice 2015/2016, les hommes de Stéphane Eberlin avaient fini leur course dans la charrette, avec un aller simple pour la N1.

« En février et en mars, les grosses écuries accélèrent souvent, pour finir en trombe et aborder les play-offs en confiance. Il faudra que nous aussi, on soit prêts à élever notre niveau. »

À charge pour le BCGO de trouver un second souffle, dans une deuxième partie de championnat éreintante, avec quasiment deux rencontres par semaine à partir de la fin février, et avec une adversité encore décuplée.

« Évidemment, on a quelques certitudes. La victoire contre Saint-Chamond, dans un match d’hommes très intense, montre qu’on peut battre les plus grosses armadas chez nous », fait remarquer Ludovic Pouillart.

Entre 16 et 18 victoires pour jouer les play-offs

Si les Green boys gardent leur Forest Arena inviolée au maximum, ils seront dans les clous et plus encore pour le maintien. « En termes de moyenne, on est la meilleure attaque (86,2), la meilleure évaluation collective (97,63) et l’équipe qui fait le plus de passes décisives (20,88). On a un jeu cohérent et qu’on veut imposer à l’adversaire. Et ça, c’est très positif aussi. »

Alors, pourquoi les Griesois ne commenceraient-ils pas malgré tout à regarder vers le haut. Si l’on rembobine encore une fois les quatre dernières années, il faut, au gré des scénarios, engranger entre 16 et 18 victoires pour terminer au moins neuvième et obtenir le dernier ticket qualificatif pour les play-offs.

Il reste 18 épisodes pour savoir si le BCGO s’invitera à la table des grands pour sa première saison à ce niveau. Une tablée où il est d’ailleurs, à l’heure l’on parle, déjà confortablement installé.

 

Nos partenaires majeurs