PRO B | Les repentis

lundi 29 avril 2019

Revue de presse

Pro B - 29e journée : après BC Gries-Oberhoffen – Caen (95-88 a.p.)

À force de travail et de persévérance, Ywen Smock et Gide Noël-Pascal ont su regagner la confiance de leur entraîneur. Les deux intérieurs font un bien fou au BCGO, et ont su se montrer décisifs, ce vendredi, contre Caen.

Pour un basketteur, une saison est (quasi) toujours ponctuée de hauts et de bas. Pour Ywen Smock et Gide Noël-Pascal cependant, la traversée du désert a duré plus longtemps que prévu cette année.

Entre début février et la fin mars, les deux intérieurs ont disputé respectivement huit et sept minutes de moyenne par rencontre. Une bizarrerie qui a parfois fait gronder dans les travées de la “Forest Arena”.

« Ywen ? Il a un potentiel d’Élite »

Un public dont le jugement se trouve parfois tronqué par ce qu’il voit les soirs de match, et surtout par ce qu’il ne voit pas de la réalité quotidienne des entraînements. Pointés du doigt pour leur manque « d’investissement » par leur coach, Ludovic Pouillart, les deux hommes ont su, au vu de leur temps de jeu retrouvé, se remettre dans le sens de la marche.

« Quand Gide travaille dur comme il le fait actuellement, les bonnes performances suivent, car le potentiel est là, estime l’entraîneur du BCGO. Quant à Ywen, pour moi, il a les armes pour jouer en Élite, c’est lui qui va le décider… En ce moment en tout cas, c’est agréable de bosser avec eux. »

Les deux intérieurs, déjà passés par – en vrac – Lyon-Villeurbanne, Cholet, Aix-Maurienne ou le Centre fédéral, ont l’expérience du haut niveau. Leurs grandes carcasses et leurs qualités de basketteurs apportent dans la raquette un équilibre qui faisait défaut au BCGO. Darius Tarvydas, propulsé en intérimaire du poste 4, présentait logiquement des lacunes dans le combat physique. Evan Yates, lui, semble de plus en plus ciblé par les défenses adverses.

« Ça fait toujours plaisir de rejouer, et de participer à ces matches importants, confiait Ywen Smock après la victoire étriquée contre Caen, ce vendredi (95-88 a.p.). Après le coach fait ses choix, et quand ça ne va pas dans ton sens, il faut prendre son mal en patience. »

Douze points chacun

Avec douze unités chacun, en un peu plus de 20 minutes, Ywen Smock, 22 ans, et Gide Noël-Pascal, 26 ans, ont pesé de tout leur poids dans le 17e succès du BCGO cette saison, en particulier dans une fin de match très tendue.

« C’est une très bonne victoire. Caen a mis de gros tirs mais on n’a rien lâché », confirme Ywen Smock, tout sourire, et conscient que les play-offs se rapprochent à grandes enjambées. 

« Il faut aussi souligner que les mecs, même dans les moments durs, ne nous ont jamais laissés tomber », pointe Gide Noël-Pascal.

Comme un symbole d’ailleurs, le BCGO, désormais 6e , a grappillé une place au classement, grillant la politesse à Saint-Chamond, encore battu par Paris ce vendredi.

« C’est une belle récompense, c’est vrai, reconnaît Ludovic Pouillart. À eux de prouver que ce n’est pas éphémère, mais on est sur la bonne voie. »

Ywen Smock et Gide Noël-Pascal semblent en effet décidés à se désabonner du banc de touche, qui fut pour eux un purgatoire très frustrant. Les deux repentis, aux faux airs de bad boys , sont à nouveau dans la place.

 

Nos partenaires majeurs