PRO B | Gries retrouve la lumière

samedi 19 janvier 2019

Revue de presse

Pro B - 15e journée : le BCGO renoue avec la victoire à Caen (72-85)

Chez l’avant-dernier de Pro B, le promu alsacien a parfaitement réagi à la faveur d’une très belle deuxième mi-temps.

Gries-Oberhoffen sait trop bien l’importance d’une série positive pour la confiance. Pour ne pas verser dans la spirale inverse, les joueurs de Ludovic Pouillard ont parfaitement réagi hier soir en Normandie.

Loin de la fin d’année 2018 en trombe, avec six victoires de rang, 2019 avait démarré par deux défaites à Blois (79-72) et face à Nancy (81-84).

Chez l’avant-dernier de Pro B, les Alsaciens ont été en mode diesel mais ont bien fini par mettre le turbo.

Tout avait d’abord semblé compliqué. Chez un hôte qui a entamé son match par un 0 sur 9 au tir, les Verts étaient à côté de leur sujet pendant une bonne quinzaine de minutes (6-0, 5e ).

Les Verts ont su se montrer patients

Heureusement, leur capitaine a vite eu la main chaude. En inscrivant huit des douze premiers points de son équipe, Forcada a évité un départ catastrophique aux siens (11-12, 9e ), maladroits par ailleurs (0 sur 6 au tir dans le premier quart). Siegwarth lui a emboîté le pas à longue distance (15-14 à la 10e puis 31-28 à la 17e ).

Privé de son ailier Zengotitabengoa, le BCGO a eu le mérite de s’accrocher jusqu’à la pause. Toujours derrière, mais jamais lâché (37-34, 20e ).

Puis il y a eu ce coup d’accélérateur brutal, sous l’impulsion de Yates. En infligeant un 14-2 à son adversaire (de 41-37 à la 22e à 43-51 à la 27e ), le promu a pris les commandes et replongé Caen dans ses doutes.

Portés par leur salle, les Normands sont revenus très vite (56-55e ). Dans une ambiance très chaude, le précieux Tarvydas a eu la bonne idée d’interrompre le début d’incendie (56-58, 32e ). Puis Caen s’est mis à déjouer, Gries à mieux réciter son basket.

En jouant bien plus juste, Forcada et ses partenaires se sont redonnés de l’air. Siegwarth a mis trois lancers francs de suite (58-65, 36e ), Smock s’est également montré serein dans l’exercice (63-71, 38e ).

Avec une lucidité retrouvée, les joueurs de Ludovic Pouillart ont filé vers un succès finalement mérité, construit sur la durée et avec de la patience.

 

Nos partenaires majeurs