PRO B | Gare à l'indigestion

jeudi 27 décembre 2018

Revue de presse

Pro B (12e journée) : Gries-Oberhoffen – Vichy-Clermont, ce soir (20h)

Gries-Oberhoffen défie Vichy-Clermont, troisième, ce soir, à domicile, en guise de dessert. Un gros morceau à avaler pour des verts qui n’ont plus perdu depuis cinq matches.

De mémoire, jamais le BCGO n’avait encore joué de rencontre officielle entre Noël et la Saint-Sylvestre. Mais il y a un début à tout, en particulier lorsqu’on est un club entré il y a peu dans le giron du monde professionnel.

« Le podium, c’est ce qui est en jeu »

Les hommes de Ludovic Pouillart, qui se sont entraînés ces derniers jours et n’ont pas pu réveillonner avec leurs familles, ont donc dû faire fi des victuailles et autres bon vin d’ordinaire à la mode ces temps-ci.

L’heureux hasard du calendrier a d’ailleurs réservé un baptême du feu de prestige aux Alsaciens, qui tenteront dans leur Forest Arena de digérer sans encombre, et faute de mieux, l’équipe de Vichy-Clermont (8V-3D), actuellement troisième.

« C’est le choc de cette journée, puisqu’on est juste derrière eux, fait remarquer Ludovic Pouillart. Le podium, c’est ce qui est en jeu pour ce dernier match avant la trêve. »

De quoi donner du piment à une partie qui ne devrait pas en manquer, entre deux formations, Gries et Vichy-Clermont, qui restent respectivement sur cinq et trois victoires de suite en championnat.

« La difficulté avec cette équipe, c’est qu’elle n’a pas de point faible. Elle n’excelle nulle part mais sait tout bien faire, analyse le technicien griesois. C’est très difficile à préparer. »

Il y aura bien le meneur américain, Quinton Hooker, qui dirige ses coéquipiers à la baguette. Pour le reste, avec sept joueurs « qui tournent entre six et douze points », il est compliqué d’y voir clair, le danger venant de partout.

Pour l’entraîneur alsacien, la clé du match tiendra dans la capacité de ses joueurs à conserver un niveau d’exigence maximal sur l’ensemble de la rencontre.

« À Chartres, je pense qu’on a manqué par moments d’humilité et qu’on a été suffisants. On aurait dû créer un écart plus conséquent. Demain (ce soir, N.D.L.R.) , le moindre relâchement sera fatal. »

Car Noël ou pas, et bien que le BCGO soit bizuth en cette période, l’heure ne sera pas aux cadeaux entre deux adversaires en forme et qui comptent bien ajouter une victoire de plus à leurs séries respectives. « On est bien dans notre basket. Si on gagne ce soir, ça permettrait de continuer à bosser début janvier avec toute la sérénité nécessaire pour aborder un mois qui sera loin d’être facile », conclut Ludovic Pouillart, qui a bien conscience, en semaine de fêtes et de gourmandises, que des maux d’estomac consécutifs à une défaite seraient malvenus

La rencontre de ce soir est placée sous l’égide des Journées de Noël LNB. À cette occasion, le Secours populaire tiendra un stand, sur lequel les spectateurs pourront faire un don en échange d’une peluche. Ceux qui le souhaitent pourront déposer un cadeau sous le sapin du BCGO

 

Nos partenaires majeurs