PRO B | Forcada, señor météo

lundi 06 mai 2019

Revue de presse

Pro B: après la défaite de Gries - Oberhoffen à Vichy (90-67)

Pas aussi brillant qu’à l’accoutumée, Xavi Forcada a subi, ce vendredi, dans la défaite contre Vichy-Clermont, laissant le BCGO orphelin. Le maestro catalan décide-t-il vraiment de la pluie et du beau temps côté griesois ?

Cela arrive même aux meilleurs, selon l’expression consacrée, et ainsi même à Xavi Forcada, loin d’avoir eu son rayonnement habituel ce vendredi.

Dans le revers concédé à Vichy, le meneur du BCGO a inscrit neuf points certes, mais à 3 sur 10 aux tirs et en cumulant également cinq pertes de balle. Le tout pour une évaluation de 2.

Une performance en-deça de celles auxquelles le Catalan nous avait habitués sur les sept rencontres précédentes, où il a collectionné les prestations d’anthologie avec des moyennes affolantes (19 points, 6,5 passes décisives et 24 d’évaluation sur cette période).

Pour autant, le Barcelonais est bien trop modeste pour admettre que le sort de son équipe se joue souvent à l’aune de sa prestation personnelle. Pour lui, la «Forcada dépendance» n’existe pas.

« Quand Xavi est moins bon… »

« J’ai beaucoup le ballon en main puisque c’est moi le meneur. Je donne le rythme, c’est vrai, mais si mes coéquipiers ne marquent pas de paniers ou ne se déplacent pas bien, je ne pourrais rien faire. »

Le président Roeckel, lui, a déjà dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas: « Quand Xavi est moins bon, ça se voit tout de suite… »

Heureusement pour Gries, car la dépendance représente toujours un danger, cela n’arrive souvent.

Car il n’est plus un secret pour personne que la philosophie de jeu inculquée par Ludovic Pouillart à la tête du BCGO confère au Catalan un terrain propice à l’expression de son génie.

Et c’est là tout le flair du coach alsacien que d’avoir fait du joueur le plus instinctif et le plus créatif son chef d’orchestre. «Le meneur de jeu a toujours une influence importante dans une équipe, mais pour moi, sincèrement, notre équipe est très équilibrée. Que je sois là, ou pas.»

Une emprise qui s’est encore renforcée

Avec 34 minutes de temps de jeu en moyenne, on manque pourtant franchement de recul pour le savoir véritablement. Son compatriote, Asier Zengotitabengoa, ou Yann Siegwarth peuvent eux aussi créer du jeu, certes, mais la vista du Catalan reste malgré tout indispensable.

Son emprise s’est d’ailleurs encore renforcée cette année. La saison dernière, le natif de Barcelone avait été élu meilleur joueur de Nationale 1 en affichant de bonnes statistiques, mais loin d’être stratosphériques (11,8 points à 40,7% de réussite aux tirs, 3,1 rebonds, 6,2 passes décisives et 1,7 interception pour 14,5 d’évaluation).

Son excellence se diluait alors dans le talent global d’une équipe hors normes, mais les observateurs, faisant fi des chiffres, avaient bien compris que Forcada avait un petit truc en plus.

Le niveau étant monté d’un cran avec l’arrivée du BCGO en Pro B, le maestro a dû sortir du bois, se muant en meneur scoreur (*).

Seul poste «un» dans le top 10 aux points et à l’évaluation (avec l’Orléanais Brandon Jefferson), le Catalan pourrait bien décrocher encore la timbale cette saison, même si, cette fois, Gries ne sera pas champion de France. Il a d’ailleurs déjà remporté le trophée de meilleur meneur en Leb Gold, la deuxième division espagnole, juste avant de poser ses valises à Gries.

Alors oui, Forcada est hyper-influent, gavant les fans du BCGO de caviars sans jamais les rassasier. Et nul doute que même s’il reste un an de contrat au Barcelonais, nombreux seront les clubs, de Pro B voire de l’Elite, à lui faire les yeux doux.

* Les statistiques de Xavi Forcada pour la saison en cours (en moyenne par match): 14,8 points, 2,8 rebonds, 6,6 passes décisives, 2,1 interceptions, 17,3 d’évaluation.

 

Nos partenaires majeurs