PRO B | Et pourquoi pas ?

mardi 07 mai 2019

Revue de presse

Pro B (31e journée) : BC Gries-Oberhoffen – Roanne (20h)

Gries-Oberhoffen accueille Roanne, leader du championnat, ce soir pour une affiche de gala. Un succès constituerait un sacré bonus dans la besace du BGCO en vue des play-offs.

Ludovic Pouillart préfère garder les pieds sur terre. La semaine dantesque des Griesois, qui affrontent en l’espace de dix jours Vichy-Clermont, troisième, Roanne, premier, et Nancy, cinquième, ne jouera pas selon lui un rôle crucial dans la lutte pour les play-offs.

« Ces équipes sont dans une autre dimension que nous. Une victoire contre l’une d’elles, c’est un gros plus, évidemment. Mais notre place en phase finale s’obtiendra lors des deux derniers matches, contre Paris et Poitiers. »

« À nous de compenser avec de l’intensité »

Le technicien n’est pas du genre à se voiler la face. La richesse de l’effectif roannais est presque incommensurable. Les postes sont doublés, parfois triplés, et recèlent de noms connus au plus haut niveau français, voire européen.

Et pourtant, si le coach alsacien a été un peu douché par la petite correction reçue ce vendredi à Vichy (90-67), il croit dans les chances de ses hommes, tout à l’heure, contre le leader de la division.

« Depuis que Ferdinand Prénom, qui pour moi était le meilleur pivot de Pro B, s’est blessé, le profil de l’équipe a un peu changé. Roanne joue davantage avec des intérieurs un peu fuyants. Nous, on sait qu’on est parfois en difficulté quand il y a trop de puissance dans la raquette, alors c’est peut-être une chance. »

Il faudra tout de même élever un niveau de jeu qui, cette saison, peine à atteindre des sommets contre des équipes de haut de tableau. Le BCGO n’a remporté, pour l’heure, qu’un seul de ses sept duels contre des clubs du top 5.

« Dans les matches de très haut niveau, chaque équipe connaît les plans de jeu de l’autre. C’est le talent individuel et la profondeur de banc qui font la différence. À nous de compenser avec de l’intensité et de la dureté, ce qu’on n’a pas su faire à Vichy par exemple. »

Ciblé par la défense adverse, Xavi Forcada n’a pas eu son rayonnement habituel, et sur les lignes extérieures, personne, excepté Asier Zengotitabengoa ou Darius Tarvydas par séquences, n’a su prendre le relais.

« La vidéo a dû en piquer certains »

« Et dans la raquette, on s’est fait marcher dessus, reconnaît Ludovic Pouillart. On a fait une séance vidéo, ça a dû piquer pas mal de joueurs de revoir certaines images. J’attends une réponse, parce que demain (ce soir, ndlr) , on joue chez nous et on ne peut pas se permettre de ne pas combattre. »

Un combat « en mode play-offs » qui devra, selon lui, servir lors des échéances ultérieures, contre Paris et Poitiers donc. Des rencontres qui constitueront, pour le coup, des couperets pour obtenir le droit de poursuivre l’aventure de cette saison.

Quoi qu’il en soit, tout semble possible ce soir, avec un BCGO capable de tout sur son parquet de la “Forest Arena”. Reste à espérer qu’il s’agira, cette fois, du meilleur et que les Green boys sauront donner du plaisir à leurs supporters, même s’ils devront sûrement se passer de Yann Siegwarth dont la cheville est encore convalescente.

 

Nos partenaires majeurs