PRO B | Déjà en mode play-offs

vendredi 24 mai 2019

Revue de presse

Basket-ball - Pro B : Poitiers – BC Gries-Oberhoffen (20h)

Gries-Oberhoffen a déjà la tête aux play-offs, mais veut garder le pied à l’étrier ce soir à Poitiers, un club qui joue encore sa place pour la phase finale. Un match sans calcul pour les Verts, qui promet d’être intense.

En basket, rares sont les matches, sauf en présaison, où le résultat compte réellement pour du beurre. Pour le BCGO, déjà qualifié pour les play-offs et en déplacement ce soir à Poitiers, cette dernière rencontre de saison régulière ne ressemble pas à autre chose qu’un tremplin en vue des prochaines échéances, même si la pression est sur les épaules pictaviennes.

« Le club joue sa saison et sa qualification en signant un Américain pour ce dernier match. C’est assez dingue de voir ça, s’étonne Ludovic Pouillart. Nantes a aussi fait venir un joueur français pour essayer de se qualifier. Les play-offs, c’est vraiment un Graal pour les clubs habitués à la Pro B. »

Gérer les frustrations

Les Villageois, eux, ont décroché le saint des saints sans l’ambitionner au départ. Et ce n’est pas irrévérencieux de le dire, pour un promu qui n’avait jamais connu un tel niveau dans son histoire.

« Globalement, on peut être très satisfaits, admet le technicien alsacien. Ila fallu gérer les frustrations des joueurs qui découvraient le niveau et qui ne comprenaient pas toujours pourquoi ils jouaient moins. Mais honnêtement, goûter aux play-offs dès notre première année dans cette division, c’est une belle saison. »

« À choisir ? Plutôt Vichy »

Et même si les Verts de Ludovic Pouillart ne « partiront pas favoris, peu importe l’adversaire », ils ont déjà envisagé la suite des opérations et savent déjà qu’ils affronteront Vichy ou Nancy.

« On ne peut pas calculer, parce que tout le monde joue en même temps. Mais je pouvais choisir, j’aimerais affronter Vichy », glisse le coach griesois.

Et d’ajouter : « On a une revanche à prendre sur eux, parce que là-bas on a été inexistant, alors que pour Nancy, c’est l’inverse : on les a battus chez eux, donc ils nous attendront de pied ferme. »

Une chose est claire en tout cas, le BCGO compte bien jouer les enquiquineurs de service, et pourquoi pas rallier les demi-finales.

 

Nos partenaires majeurs