NM3 | Weitbruch au tapis

lundi 10 décembre 2018

Revue de presse

Nationale 3 masculine BCGO 2 - WEITBRUCH (88 - 71)

Malgré une improbable remontada dans le dernier quart, Weitbruch s’est logiquement incliné pour la première fois de la saison sur le parquet de son voisin Gries-Oberhoffen. La réserve griesoise, emmenée par Makismovic et Muller, a survolé le derby.

Qui eût cru que le leader invaincu ne mènerait au score que trois minutes contre une équipe du BCGO II souvent inconstante depuis le début du championnat ?

Et pourtant, après une bonne entame (2-5, 3e ’) et une défense en zone-press qui perturbe considérablement les locaux, la Gallia subit les assauts de Maksimovic. Avec onze unités dans ce quart, le Serbe, épaulé par Muller, met ses jeunes coéquipiers sur de bons rails (18-12, 7e’ , puis 27-16, 10e ’).

 

« On a joué comme des hommes »

Dans une partie au rythme infernal, c’est la réserve du BCGO, euphorique, qui tire son épingle du jeu, face à des leaders en manque d’adresse. L’écart enfle (43-27, 16e’). Blaess et Hoernel stabilisent in extremis l’addition avant la pause (51-34, 20e ’).

« On s’est bien préparé toute la semaine et je sentais qu’on pouvait faire un coup, analyse Julien Zoa, le technicien du BCGO. Milos (Maksimovic) nous a portés mais on a joué comme des hommes. Pour moi, l’âge n’a pas d’importance, et je suis fier de mes gars. »

Le derby gagne encore en intensité dans le troisième quart. Weitbruch, peu disposé à mordre la poussière à Gries, se montre plus agressif. L’écart flirte avec les 20 points (59-40, 25e ’), et les esprits s’échauffent. L’entraîneur Joseph Huffschmitt récolte une technique, Hoernel agrippe Mohr et l’envoie à terre, en face Bousinière écope lui aussi d’une antisportive, mais les jeunes griesois tiennent le bon bout (68-49, 30e ’).

C’est à l’heure de conclure que ces derniers se crispent quelque peu. Sous l’impulsion de Keller, et Gasser, les Weitbruchois opèrent un rapproché (68-57, 33e ’) et leurs supporters haussent le ton dans les tribunes.

La situation devient même critique pour Gries lorsque Keller aligne deux tirs à trois points de rang (69-63, 34e ’). Maksimovic commet sa quatrième faute et le BCGO est alors sur le fil du rasoir. Mais Hueber, Mohr, puis Philibert remettent du rythme et du cœur pour permettre aux locaux de recreuser un écart définitif cette fois (88-71).

« On savait que la première défaite allait arriver, mais on espérait que ça n’arrive pas dans un derby. Il faut donner du crédit à Gries. Ils gagnent ce match plus qu’on ne le perd. On voulait rester invaincus jusqu’à la trêve, désormais à nous de rebondir », conclut Joseph Huffschmitt.

 

Nos partenaires majeurs