Donner du temps au temps

lundi 14 octobre 2019

Pro B

Pro B | 1re journée : après Saint-Quentin – BC Gries-Oberhoffen (96-89)

Malgré un excellent Samir Gbetkom, le BC Gries-Oberhoffen s’est fait cueillir par une équipe de Saint-Quentin plus volontaire. Pour l’ailier espagnol et Asier Zengotitabengoa, les Verts ont encore besoin de temps pour être prêts.

Le périple des joueurs du BCGO s’est arrêté samedi matin, vers 5h30, lorsqu’ils ont enfin pu regagner leur domicile, après avoir avalé dans la nuit les 450 kilomètres qui séparent Saint-Quentin de Gries.

Dans un bus escorté par la mélancolie des soirs de défaite et quelques regrets, Asier Zengotitabengoa et ses compagnons ont amplement eu le temps de réaliser que, dans l’Aisne, rien n’a vraiment fonctionné comme prévu.

« On se connaît encore mal »

« Saint-Quentin n’avait gagné aucun de ses matches officiels jusque-là, mais on a bien vu que le championnat, c’est un monde différent, analyse l’ailier espagnol. Ils étaient prêts au combat et ont rentré leurs quatre-cinq premiers tirs, ça les a mis dedans. »

Portés par l’ambiance exaltée du Palais des sports Pierre Ratte, les Quentinois ont laissé leurs doutes au vestiaire et sont entrés, enfin, de plain-pied dans leur saison. Face à eux, Gries n’a pas pu, ou su, riposter.

« L’équipe se connaît encore mal, tous les joueurs ont changé cet été. Moi aussi, je suis nouveau quelque part, lance le capitaine alsacien. Et puis clairement, on n’a pas entamé le match avec assez d’intensité et d’agressivité. Mentalement, ça n’allait pas. »

Le BCGO s’est fait, comme le résume la formule consacrée, marcher dessus. Cette inconstance dans les performances a déjà été pointée par Ludovic Pouillart, l’entraîneur, qui n’avait pas manqué d’avertir son groupe.

« Après notre victoire à domicile contre Nancy, on a pris une fessée là-bas trois jours plus tard. Mardi contre Souffel, ça a été plutôt bien, et puis on n’a pas su enchaîner », ajoute “Zengo”, notant malgré tout au passage la belle prestation de Samir Gbetkom (25 points, 26 d’évaluation).

Sans altérer la confiance des Green boys, ce revers a le mérite de leur rappeler ce qu’est, comme le dit Asier Zengotitabengoa, « la réalité » du championnat. Le haut niveau réclame plus du travail qu’il n’a d’égard pour la tolérance. « On va progresser et apprendre, assure le capitaine griesois. C’est juste dommage parce que je pense qu’on avait la capacité de gagner, mais il ne faut pas être trop critique non plus, ce n’est que le début. »

Le BCGO aura d’ailleurs l’occasion de faire pénitence puisqu’il recevra en l’espace quinze jours Aix-Maurienne, puis Blois dans son antre de la “Forest Arena”. En cas de double succès à domicile, le revers concédé à Saint-Quentin devrait vite être relégué aux oubliettes.

En attendant, les Griesois se voient obliger d’ouvrir une parenthèse en Coupe de France à Denain, ce mardi, pour les 16es de finale. Un déplacement dont ils se seraient bien passés. « La compétition, c’est comme ça », sourit cependant “Zengo”, qui voudra sûrement éviter un autre retour en bus à ruminer.

 

Nos partenaires majeurs