Des griesois parés pour le sprint final ?

vendredi 13 décembre 2019

Pro B

Pro B (10e journée) : Gries-Oberhoffen – Denain (20h)

Rare équipe à n’avoir pas encore perdu à domicile, Gries-Oberhoffen serait bien inspiré de porter sa série à cinq victoires, contre Denain. Histoire aussi d’aborder au mieux une fin d’année qui ne sera pas de tout repos.

Entre le BCGO d’un côté et Rouen, Quimper et Blois de l’autre, le point commun n’est ni d’ordre budgétaire, ni géographique. Ces quatre clubs sont les derniers, dans l’antichambre de l’Élite, à demeurer invaincus sur leurs planches après neuf journées.

Un sans-faute qui prend des airs de miroir aux alouettes, car au classement, seul Blois figure sur le podium actuel de la Pro B. Les trois autres, qui ont toutes les peines du monde à gagner à l’extérieur, stagnent dans le milieu du classement.

« Notre salle doit rester un sanctuaire inviolé »

Ludovic Pouillart et ses hommes sont même les seuls, avec Rouen, à avoir échoué à chaque déplacement. À l’heure de recevoir Denain, l’entraîneur préfère évidemment mettre en avant les certitudes qui ont fleuri sur les planches de la Forest Arena.

« Le message qu’on doit envoyer, c’est que notre salle doit rester un sanctuaire inviolé, lance-t-il sans détour. Les adversaires doivent se dire qu’ils ne gagneront pas à Gries. On sait que plus la saison avancera, plus cet objectif sera dur à tenir parce que les équipes viendront avec moins de pression et surtout avec plus de motivation pour nous faire tomber. Mais on doit tenir le plus longtemps possible cette série. »

Cette ambition résistera-t-elle à l’épreuve qui attend le BCGO tout à l’heure, contre Denain ? À première vue, le club du Nord, qui avait frôlé la correctionnelle la saison dernière, n’a pas de quoi effrayer. Sauf que l’exercice précédent est plutôt une anomalie, les Nordistes étant généralement redoutables. Leur début de championnat (6V-3D) le prouve.

« Le coach a su garder ses meilleurs éléments en incorporant des joueurs étrangers de top niveau », commente encore le technicien griesois. Le meneur américain Marquis Wright et le Jamaïcain Tyran de Lattibaudière, arrivés à l’intersaison, sont de beaux exemples d’une intégration réussie et d’un roster qui fonctionne à plein régime.

Les Verts, quant à eux, s’affaireront sans doute à ce qu’ils savent faire de mieux depuis la mi-octobre : faire de la frustration accumulée loin de chez eux une force pour revenir encore plus forts et l’emporter à domicile.

Un derby contre Souffel pour finir

Les derniers matches à la maison ont laissé apparaître un collectif fluide et hiérarchisé, en tête duquel Blanco et Mashour, la nouvelle recrue, cartonnent. « Les défenses ciblent de plus en plus Saul (Blanco) et Karam (Mashour) , confirme Ludovic Pouillart. C’est donc une bonne opportunité pour les autres de montrer que les adversaires ont tort de ne pas se concentrer sur eux… »

Un succès contre Denain permettrait surtout d’aborder avec sérénité le sprint final de ce mois de décembre, qui s’annonce corsé avec le voyage à Fos-sur-Mer puis la réception de Lille, avant le derby contre Souffel. Car les Verts, qui seront au complet, le savent : cette série de quatre rencontres avant la trêve, dont trois auront lieu dans leur antre, peut influencer, en bien ou en mal, le début de la nouvelle année.

 

Nos partenaires majeurs