PRO B | Favori, oui mais...

mardi 05 mars 2019

Revue de presse

Pro B (20e journée) : BC Gries-Oberhoffen – Aix-Maurienne (20h)

Battu lors de ses deux dernières sorties en championnat, le BCGO peut se refaire dans sa Forest Arena, ce soir, face à Aix-Maurienne. Une équipe mal en point dont les Verts sont déjà venus à bout trois fois cette saison, dont deux en Leaders Cup.

Le début de saison n’est déjà plus qu’un point à l’horizon, infiniment plus petit qu’un ballon de basket. Les enseignements qu’il faut en tirer sont à peine plus palpables, et l’on ne saurait, côte BCGO, fanfaronner de la claque (114-82) infligée à Aix lors de la 3e journée de Leaders Cup, le 28 septembre.

Il y a malgré tout des raisons qui incitent à l’optimisme, avec la réception des Savoyards, tout à l’heure. D’abord parce que ce succès initial a été confirmé quelques jours plus tard, lors du match retour à Aix (86-87), puis le 14 décembre dernier, en championnat (64-81), toujours à Aix.

Cascade de blessures

« C’est vrai que Gries est une très bonne équipe qu’on a eu du mal à bouger jusque-là, admet Fabien Romeyer, l’entraîneur des Rouges et Blancs. On a réussi à le faire par séquences mais pas sur la durée d’une rencontre. »

Il serait tentant d’en déduire que Asier Zengotitobengoa et ses coéquipiers occupent le rôle de bête noire des joueurs d’Aix. Sauf que « les deux équipes ont été remodelées et ont évolué depuis la Leaders Cup notamment », ajoute le technicien savoyard.

Le rapport de forces favorable aux troupes alsaciennes n’est cependant pas le seul argument qui plaide en la faveur des hommes de Ludovic Pouillart. Le club au bord du lac du Bourget a le bec dans l’eau depuis le 21 décembre 2018, date de sa dernière victoire en championnat. Une série de huit revers consécutifs qui a conduit Aix aux portes de la zone rouge (6 v, 13 d).

« Cette spirale négative, après notre très bon début de saison, s’explique aussi parce qu’on a dû faire face à des blessures depuis quelques semaines, notamment celle de notre Américain et meilleur scoreur, D.J. Richardson », nuance Fabien Romeyer.

Ludovic Pouillart, toujours 7e  avec ses hommes malgré la défaite concédée à Rouen ce vendredi (11 v, 8 d), prend le contre-pied de l’argument de son homologue. « C’est une nouvelle équipe qu’on va affronter, puisqu’Aix a fait signer deux nouveaux joueurs tout récemment. Des gars qui ont l’expérience de ce niveau, voire de l’Élite. Alors même si ça a marché pour nous jusque-là contre eux, ce n’est pas aussi simple. »

Reste que, au contraire peut-être des Roanne, Orléans et consorts, les Savoyards sont plus qu’à la portée du BCGO. « Si on veut préserver notre place, en deuxième phase, tout match à domicile doit coïncider avec une victoire », estime de toute manière Ludovic Pouillart.

Et bien que la déconvenue subie à Rouen le week-end dernier ne vaille pas aux Verts la lapidation, le technicien griesois a mis les bouchées doubles pour essayer de gommes les lacunes relevées en Normandie.

« Je voulais que les joueurs revoient les images. On a beaucoup travaillé là-dessus. On a fait des entretiens individuels aussi pour que chacun comprenne ce que j’attends de lui. Il y a beaucoup de compétiteurs dans cette équipe et j’espère que ça se verra demain (ce soir, nldr)  », conclut le coach du BCGO, qui espère à nouveau pouvoir souffler dans la nuque des cadors, plutôt que de sentir l’expiration des poursuivants sur la sienne.

 

Nos partenaires majeurs